Epidendrum hybride type ibaguense

 

PRESENTATION

Les premières orchidées américaines furent décrites, en 1737, par le botaniste C. von Linné sous le nom d’Epidendrum.

Conformément à son étymologie, (des mots grecs epi, « sur », et dendron, « arbre », c’est-à-dire « plante qui vit sur les arbres », ou épiphyte), le genre comprenait alors toutes les orchidées épiphytes.

Par la suite, le genre demeure assez confus et bien des espèces y furent rangées par erreur ou par manque de connaissances (ce fut le cas des Encyclia, dont les caractères sont très voisins).

A l’heure actuelle, on compte plus de mille espèces d’Epidendrum en Amérique tropicale et subtropicale, du sud des Etats-Unis en Argentine.

Ce sont des plantes très diversifiées, épiphytes, litophytes ou terrestres. En général les Epidendrum se présentent sous forme de cannes avec des feuilles alternées sur les côtés.

Toutes les tailles sont possibles, de celle d'un dé à coudre comme l'E. miserum à deux mètres de haut, voire plus, avec l'E. cristatum, ou Oerstedella pseudoschumaniana.

Quelques Epidendrum ont des pseudobulbes, ce qui devrait les classer dans le genre le plus proche, c'est à dire les Encyclia, mais leurs fleurs, typiques de leur genre, ont fait que leur classement d'origine a été conservé ; exemple : E. ciliare, E. jajense.

La fleur :

Elle est d'un aspect plutôt fin, les pétales et les sépales sont très souvent semblables de forme et de couleur.

Par contre, la colonne, tubulaire et fine, est soudée au labelle, qui lui, peut beaucoup varier et, en faisant contraste avec les autres pièces florales, donne toute l'originalité de l'ensemble.

Exemples :

·         labelle frangé, fleur unicolore : E. radicans, E. ciliare,

·         labelle frangé, contraste de couleur : E. ilense,

·         labelle +/- arrondi et unicolore, contraste de couleur : E. pseudepidendrum,

·         labelle +/- arrondi et unicolore : E. hétérodoxum,

·         labelle +/- arrondi et coloré : E. paniculatum.

Les couleurs dominantes dans le genre sont le blanc, le jaune crème et le vert.

L'inflorescence, toujours terminale, produit soit une grappe à la floraison simultanée mais unique (comme l'E. paniculatum), soit une succession de fleurs sur une longue période, les cannes pouvant alors refleurir d'une année sur l'autre.

Certaines fleurs sont très parfumées, mais ne le révèlent qu'à la tombée de la nuit (E. nocturnum, E. hétérodoxum).

CULTURE

Il est très difficile de donner des règles de culture communes à tous les Epidendrum, car leurs conditions de vie diffèrent beaucoup, à l’image des habitats qu’ils occupent et de leurs climats.

Cependant, leur culture passe pour assez facile, la plupart des espèces ayant une bonne faculté d’adaptation.

En règle générale, la culture se pratique principalement en pot, dans un substrat classique pour orchidée, composé d’écorces de pin et de polystyrène expansé, bien drainé.

Il est parfois prudent de lester le font du pot pour les espèces de grande envergure (E. elongatum, E. pseudepidendrum, E. radicans).

Pour les espèces à port plus ou moins pendant, il est préférable de les monter sur bûche ou sur plaque de liège, avec une touffe de sphagnum (E. difforme, E.melistagum, E.parkinsonianum).

Les plantes de petit gabarit préfère également être montée sur bûche, sur fanjan ou sur une écorce de noix de coco (E. porpax, E. miserum, E. schlechterianum).

La plupart des espèces couramment cultivées sont originaires de climat tempéré à chaud.

Le jour, toutes supporteront des températures moyennes autour de 20°C.
en été, à condition d'augmenter l'ombrage, la ventilation et l'arrosage, les plantes se porteront bien jusqu'à 30 à 35°C .

Une bonne solution pour leur faire passer un bon été, est de les sortir au jardin à l'ombre.

Une température nocturne hivernale de 13°C est favorable aux plantes originaires des régions tempérées. Celles de régions plus chaudes apprécieront d'avoir 15°C.

ECLAIRAGE

En sachant que les Epidendrum sont des cousins des Cattleya et des Dendrobium, ont aurait tendance à leur donner beaucoup de lumière.

En fait, s'ils aiment effectivement un environnement lumineux, il ne leur faut pas la pleine lumière (à quelques exceptions près, comme les E. radicans et associés),

Une moyenne entre 25 000 et 40 000 lux leur convient très bien.

Un feuillage qui rougit indique que la lumière est excessive.

Par contre, une floraison absente ou peu abondante peut être le signe du contraire.

ARROSAGE

Les Epidendrum aiment une bonne humidité ambiante (60 à 75%), mais ceci ne les empêche pas de bien s'adapter à la culture en intérieur : il suffit pour cela de les vaporiser le plus souvent possible, ou de les installer sur un plateau avec des billes d'argile ou de cailloux trempant dans l'eau (en évitant bien sur que les plantes elles même trempent, ce qui les amènerait à une mort certaine), l'eau s'évaporant assure ainsi une humidité ambiante suffisante.

Durant la saison sèche, un arrosage par semaine est suffisant, en ayant soin de laisser un peu sécher le compost entre chaque arrosage.

Augmenter les arrosages selon la chaleur : cela peut aller jusqu'à trois ou quatre fois par semaine en été, en période de canicule.   

REMPOTAGE

Ils sont à limiter autant que faire ce peut, afin de ne pas blesser les racines.

Tous les deux ou trois ans, rempoter dans un nouveau pot d’une dimension plus grande que l’ancien . On peut en profiter pour diviser les plantes devenues trop envahissantes.

FERTILISATION

Les fertilisations ne sont utiles que durant la période de développement de la plante, avec un engrais spécifique ou de type horticole dilué, pour parvenir à une formule voisine de NPK 6-6-6.

 

 

Source : orkideka.be

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site